D’après l’Inserm, 25 % des Français souffrent de rhinite allergique, d’ailleurs l’OMS a classé ces allergies au 4ième rang mondial des affections chroniques. Ces allergies peuvent même être parfois croisées avec des allergies à certains fruits et légumes. En cause, un système immunitaire déréglé mais aussi la pollution environnementale. Les particules protéiques des pollens se colleraient aux particules fines de Diesel et pénètreraient plus profondément dans l’arbre bronchique et dans les intestins.

De plus en plus de personnes sont touchés par cette affection qui peut être très handicapante et fatigante. Afin d’apprécier les joies du printemps, je vous propose quelques astuces naturelles.

Que se passe-t-il dans l’organisme ?

La rhinite allergique est une réaction excessive de l’organisme entrainant une inflammation des muqueuses du nez. Elle s’accompagne de congestion et d’écoulement nasal, d’éternuements, de démangeaisons au niveau de la gorge, des yeux et du nez, de toux et parfois de conjonctivite. C’est une réaction allergique liée à une hypersensibilité à un allergène : poils d’animaux, acariens, moisissures, poussières et dans 80% des cas les pollens.
Ce type de réaction touche des personnes dont le système immunitaire est déséquilibrer et très sensible. Ainsi, certaines substances sont perçues comme des perturbateurs physiologiques et l’organisme sécrète alors de l’histamine et des cytokines ce qui est à l’origine des symptômes décrits précédemment. L’installation de cette pathologie se fait en deux temps. Avec tout d’abord une phase de mise en contact avec l’allergène. Celui-ci est considéré alors comme une substance dangereuse par certaines cellules du système immunitaire présentes au niveau de la peau et des muqueuses. Il va s’en suivre une production importante d’anticorps immunoglobuline E IgE  qui vont alors recouvrir les mastocytes (cellules qui contiennent de l’histamine) et qui vont être activent lors d’une prochaine exposition. Cette phase asymptomatique est appelée phase de sensibilisation.
Lors d’un contact ultérieur entre l’allergène et l’organisme sensibilisé, l’allergène se fixe sur les IgE présents à la surface des mastocytes ce qui les active et entraîne la libération d’histamine et de médiateurs de l’inflammation.
De nombreux chercheurs considèrent que l’allergie et cette production importante d’IgE est due à un excès de lymphocyte Th2 au profit des Th1. Les lymphocytes T font parties de la réponse immunitaire secondaire de l’organisme, il en existe une grande variété tous ont des rôles bien particulier la lignée Th1 détruit les parasites, alors que la lignée Th2 produit des immunoglobulines E. Ce déséquilibre des cellules immunitaires peut expliquer le terrain atopique.

Que faire ?

Des solutions pour apaiser et soulager

  • Lavage de nez régulier à l’eau salée : Cette simple mesure d’hygiène peut aider à mieux respirer, désobstrue les mucus, élimine les médiateurs inflammatoires et les protéines allergènes et peut améliorer l’efficacité des soins classiques.
  • Des antioxydants pour réduire la production d’histamine. La quercétine est le plus puissant des flavonoïdes (antioxydant). On la retrouve dans la peau des oignons, c’est un puissant anti-inflammatoire et antihistaminique. La vitamine C va augmenter la résistance de l’organisme face aux allergies et réduire la fatigue.
  • De bonnes graisses riches en oméga 3 et EPA qui vont limiter l’inflammation : Pensez à consommer des petits poissons gras (sardines, maquereaux…) mais aussi des huiles vierges de première pression à froid comme l’huile de lin, cameline, nigelle…
  • L’huile essentielle d’estragon : En inhalation sèche peut aider à diminuer les désagréments.
  • Du plantain LA plante antiallergique: Il se trouve très facilement dans nos jardins, en campagne, prairies ; il peut être pris en décoction ou sous forme d’EPS (extrait de plante standardisé) à raison de 1ml/10Kg de poids 2 à 3X/J. Il peut être associé au cassis pour diminuer l’inflammation et avec une plante pour drainer le foie. Ces plantes agissent alors en synergie et permettent un véritable travail de fond et de détox.

Des solutions de fonds pour traiter la cause et soutenir le système immunitaire

  • Drainer son organisme et en particulier son foie ! Si votre organisme est surchargé par des déchets, toxines votre système immunitaire va lui aussi être vite sur-sollicité et il va s’épuiser. En médecine traditionnelle, il est primordial de drainer et nettoyer l’organisme. Pour que nos organes et nos cellules puissent correctement fonctionner, elles doivent baigner dans un milieu sain et propre ! Faites-vous accompagner par un thérapeute en médecine traditionnelle (naturopathe, MTC…). Cette détox doit être adaptée à votre tempérament, votre vitalité et votre constitution afin d’être le plus efficace possible et respecter votre physiologie.
Voici quelques petites astuces pour prendre déjà soin de votre foie :
Mettre une bouillotte chaude sur son foie
Consommer régulièrement selon la saison : artichaut, radis noir, chicorée, pissenlit, endives… Des saveurs amer ; le foie ADORE !
Buvez une eau de qualité soit filtrée par osmose inversée ou une eau de source avec un résidu à sec en dessous de 100 (Montcalm, Grand Barbier…)
Buvez de la tisane de romarin, chardon marie…. A adapter selon votre degré de toxémie.
  • Alléger votre système digestif et renforcer votre barrière intestinale
Diminuer voir supprimer les produits laitiers pour certains va permettre déjà de réduire les symptômes et évaluer si vous avez des intolérances alimentaires. Réduire alors les aliments qui affectent votre muqueuse intestinale. En premier lieu le gluten, les produits laitiers, les graisses saturés, les sucres en trop grandes quantités, les produits industrielles … Là aussi, il sera nécessaire de personnaliser en fonction des sensibilités digestives de chacun.
Dans tous les cas, privilégiez :
Des légumes verts de saisons en bonne proportion à tous les repas, cuits et/ou crus selon votre sensibilité.
Des jus de légumes frais riche en chlorophylle (antibactérien, assainissant, riche en magnésium…)
Prendre de la vitamine D surtout dans les régions peu ensoleillée. Faites dosé votre taux et complémentez-vous avec une vitamine D3 d’origine naturelle.
Consommer des aliments lacto-fermentés, légumes, jus de légumes, choucroute, soupe miso, kéfir de fruits, pain au levain naturel…
  • Pratiquez une activité physique régulière
Le mouvement active tous vos organes et permet de mieux éliminer vos déchets. Il permet également d’être plus résistant aux situations de stress….
  • Bien gérer son stress et libérer certains blocages émotionnels
Le stress chronique produit un excès de cortisol (hormone du stress). Cet excès peut favoriser le développement d’un terrain allergique et rendre le système immunitaire moins compétent en déséquilibrant le thymus et la rate qui sont essentielles dans l’équilibre du système immune.La part émotionnelle est également importante dans les mécanismes de déclenchement d’allergies.
Pour certaines personnes, un élément déclencheur peut-être identifié. Plusieurs méthodes existe pour libérer les allergies et les émotions associées : NAET, LEAA, bye bye allergie … toutes ces techniques vont être complémentaires et permettre d’avoir une prise en charge globale et surtout permettre ne pas rester dépendant aux traitements allopathiques.
Envie d’aller plus loin et d’avoir une démarche adaptée et personnalisée, vous pouvez prendre rendez-vous en ligne ou m’appeler pour avoir plus d’informations.

 

Si vous avez aimé cet article :
Facebook
Facebook
Follow by Email

Commenter cet article

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs marqués (*) sont obligatoires